Une rentrée politique de tous les possibles ?

Mis à jour : 23 sept. 2018


Le maire LR, Serge Poinsot, est placé en détention provisoire à Fresnes depuis le 25 juillet. Conformément au code des collectivités, le Premier Adjoint, Daniel Villatte, lui-même appelé à être entendu dans le cadre d'une seconde affaire, assume l'intérim. Il a ainsi présidé, ce 25 août, les commémorations du 74e anniversaire de la libération de la commune et signe l'édito de septembre du magazine municipal. Dans ce contexte particulier, la date du conseil municipal tarde à être communiquée. (Elle a finalement été communiquée le 18 septembre : ce sera le 25 septembre, 19h.).



La majorité municipale semble ainsi, faire corps face à la double procédure judiciaire, aux lourdes accusations de "corruption par personne investie d'un mandat électif, blanchiment de fraude fiscale et corruption passive à titre habituel" et de favoritisme dans l’attribution de marchés publics.


En face, les différentes formations politiques, sont sur le terrain et appellent à la mobilisation. Le passé communiste de la ville resurgit. Le PCF tractait ainsi ce matin à la gare pour chercher des "bonnes volontés" et appeler à une "mise en mouvement". Les représentants de La République En Marche ont, en cette rentrée, collé des affiches pour valoriser la politique gouvernementale menée en matière d'éducation. Se voulant porteurs d'initiatives apartisanes dans la ville, ils parient eux-aussi sur le renouveau de l'implication citoyenne et appellent sur le site du comité local "à écrire, sur une page vierge, un nouvel avenir pour la ville". C'est ainsi une rentrée politique de tous les possibles qui s'annonce.


177 vues