Première condamnation pour un rodéo motorisé en ville. Vigneux : de la rue au circuit ?

Mis à jour : 27 mars 2019


Née aux Etats-Unis, dans les quartiers populaires de Baltimore dans un esprit de défiance envers les autorités, la pratique des rodéos urbains séduit de nombreux jeunes vigneusiens en quête de sensations et de notoriété sur YouTube. Source d'insécurité dans nos rues, de nuisances sonores, d'incompréhension entre générations, jeunes et force de l'ordre, ils sont l'objet du ras-le-bol des riverains et des municipalités. Celles-ci investissent dans l'aménagements coûteux d'obstacles, surélévations, pavages... avec l'effet pervers de segmenter des carrefours et grands axes urbains, tels que le boulevard Henri Barbusse. Les accidents et délits de fuite pouvant blesser ou entraîner la mort sont trop courants et endeuillent des familles et quartiers.


La grogne est remontée jusqu'au Parlement et, le 4 juillet 2018, a été adopté à l'unanimité un texte luttant contre les rodéos urbains. Amendes, immobilisation et peines de prison pourront désormais être prononcées, jusqu'à 5 ans si l'infraction est commise par un conducteur sous l'emprise de l'alcool, de produits stupéfiants ou n'est pas titulaire du permis de conduire. Les forces de l'ordre pourront immédiatement immobiliser le véhicule et la confiscation sera automatique.


Le Parisien nous rapporte aujourd'hui une première condamnation en Île-de-France : une peine de 6 mois de prison ferme pour avoir roulé sur une roue arrière sans casque et pris la fuite sur une voie piétonne, mettant en danger la vie de plusieurs passants.


© IGN

Face à la systématisation des sanctions, les rodéos urbains vont-ils cesser dans notre ville et passer de la rue au circuit ? Il existe, en effet, une alternative légale, chemin de l'écluse, le terrain de moto-cross de l'AMCV.


147 vues