Le pont entre Athis-Mons et Vigneux-sur-Seine relancé ?

Mis à jour : 9 mars 2019

Le pont entre Athis-Mons et Vigneux-sur-Seine est un projet qui depuis plusieurs décennies d'annonces politiques et études coûteuses n'a jamais abouti. Il est aujourd'hui relancé par le département et la région et leurs présidents François Durovray et Valérie Pécresse, avec le soutien de la Chambre de Commerce et de l'Industrie de l'Essonne. Les finalités affichées serait de réduire les embouteillages du secteur et de mieux relier la rive droite de la Seine, la commune nouvelle de Sénart et les pôles d'emplois d'Orly-Rungis et du plateau de Saclay. Mais de nombreuses critiques d'élus et citoyens engagés remettent en cause la pertinence du projet et dénoncent les conséquences sur notre cadre de vie.



Le 8 juin, une réunion publique évoquant les franchissements de la Seine organisée à Draveil a mis en lumière les division des édiles LR sur ce sujet. George Tron, maire de Draveil, a exprimé ses réserves car il juge ce projet à plusieurs centaines de millions d’euros trop coûteux pour être réalisable. Christine Rodier s’y est frontalement opposée endossant le positionnement des riverains athégiens craignant pour leur cadre de vie. Serge Poinsot, parti avant le début des questions, a lui essayé de défendre ce gargantuesque projet routier. Aucune solution alternative pouvant mettre d’accord les deux rives n’a été approfondie. Christian Chardonnet, suppléant de Marie Guevenoux, députée LaREM, a appelé à la recherche d’un consensus.


Si certains élus locaux sont en désaccord, de nombreux citoyens engagés appellent également à une alternative à ce projet. Le 19 mai, des citoyens des deux rives, répondant à l'initiative des associations Cens Seine et Athis Pont Non, s'étaient réunis à Brunoy pour réfléchir ensemble. Le pont pourrait-il être responsable de nouveaux bouchons ? Quels conséquences sur les quartiers résidentiels et zones naturelles sur le tracé à Vigneux-Sur-Seine et Athis-Mons ? Ce pont profitera-t-il réellement aux communes qu'il traverse ? Ne pourrait-on pas redimensionner ou revoir le projet, son emplacement, privilégier les transports d’avenir plutôt que la route ?


Le vieux serpent de mer qu'est ce projet de pont n'a donc pas fini d'animer la vie politique et associative locale, alors qu'une initiative citoyenne de dimension régionale, le Plan Île-de-France demande une extension du métro 14 pour desservir Athis-Mons et Vigneux-sur-Seine...

164 vues