Quid du pôle culturel et la nouvelle CPAM suite à l'annonce du nouvel immeuble Sopic ?

Updated: Sep 26, 2018


Le 17 avril a été présenté, salle Ambroise Crozat, le projet de renouvellement urbain du quartier de la place du 8 mai 1945. Un pôle culturel, avec une éventuelle nouvelle médiathèque, figurait sur les plans dans l'angle de l'avenue de la Concorde et de l'avenue Henri Barbusse, sur l'emplacement de la CPAM. La présentation avait été assez brouillonne, avec des confusions entre les tours/barres promises à la réhabilitation ou à la démolition et l'emplacement resté très hypothétique du pôle culturel. Elle fut également entrecoupée de nombreuses protestations concernant la sécurité et l'état de la voirie dans le quartier des Briques Rouges.


Les convoitises autour de l'emplacement de la CPAM et du pôle culturel envisagé ne sont pas nouvelles. Un premier projet de logements piloté par France Pierre avait été retardé suite aux démarches de l'architecte Paul Chemetov puis, abandonné. L'architecte, décoré des insignes de Commandeur de la Légion d'Honneur, n'ayant, même pas été avisé du projet, s'est pourvu en justice en vain pour sauver son bâtiment conçu en 1972, inscrit à l’inventaire général du patrimoine culturel de l’Ile de France depuis 2005 et comprenant une fresque murale en céramique scellée de Paul Foujino.


Aussi, en 2018, est relancé un nouveau projet de logements autour, cette fois, de l'entreprise Sopic, déjà responsable du chantier face à la gare. Le permis de construire date du 25 juillet et a été affiché, dans la foulée, sur le terrain. Les documents ne sont pas consultables par les administrés au service urbanisme mais, auprès de Nicolas Ranvier, directeur des Affaires juridiques. Leur accès est, comme souvent à Vigneux-sur-Seine, ainsi complexe. Le promoteur a lui débuté la communication autour de ses ventes ce weekend, tractant dans la ville.


Désormais compétence de la communauté d'agglomération Val d'Yerres Val de Seine, le projet d'une nouvelle médiathèque à la confluence de deux artères forgeant l'identité de la ville est-il poursuivi ? Un pôle culturel est bien prévu au pied du bâtiment sur l'avenue de la Concorde mais il pourrait finalement être affecté à d'autres fonctions culturelles.


La nouvelle CPAM était, elle, prévue par France Pierre dans l'un de ses projets, en lieu et place, ou à l'angle de la rue Pierre Marin et de l'avenue Henri Barbusse. Elle a ainsi pu figurer, au rez-de-chaussée, de la résidence pour personnes âgées des Jardins de Verone. Mais, ce projet qui a provoqué la destruction des derniers vestiges de Magnanerie en voie de protection, reste bloqué depuis des années et inquiète les riverains du fait de son changement récent de destination vers une clientèle plus jeune : "cela ne serait pas sans conséquence sur un stationnement aux abords déjà bien difficile". De source municipale, elle serait désormais prévue, elle aussi, au rez-de-chaussée du projet Sopic.