Benjamin Cauchy a "déjà fait le coup du déménagement... à Montauban en juin dernier !"


Alors que Benjamin Cauchy, porte-parole de Nicolas Dupont-Aignan, a officialisé sa candidature à Vigneux-sur-Seine, nous nous sommes intéressés à son passé récent en région. Benjamin Cauchy a "déjà fait le coup du déménagement/parachutage... à Montauban en juin dernier !" s'y escane-t-on. "Un pimpoy."


Comment explique-t-il officiellement sa domiciliation à Vigneux-sur-Seine ? « Au moment des élections européennes, il me fallait un pied à terre en région parisienne, c’est comme ça que mon implantation à Vigneux s’est faite », affirme-t-il sur Actu.fr. On l’y a pourtant peu vu.


Neuvième sur la liste-échec des "Amoureux de la France" menée par Nicolas Dupont-Aignan, c'est en Dordogne, dans l'Agenais... en région que Benjamin Cauchy a fait sur le terrain campagne. Parachuté en catimini depuis quelques mois, c'était Frédéric Latour qui se revendiquait alors comme le délégué et candidat dissimulé de Nicolas Dupont-Aignan sur notre commune.


Il faut dire qu'en mai dernier, les ambitions de Benjamin Cauchy sont en fait très lointaines de Vigneux-sur-Seine. La Dépêche rapporte que, cadre commercial chez Groupama à Toulouse, il s'installe en juin à Montauban pour peser sur l'élection municipale. Un premier parachutage « pour l’éloigner de Toulouse où il s'était déjà froissé avec les gilets jaunes locaux » qui n’aurait pas pris. Il n’aurait pu être que chef de file et non candidat. Marie-Dominique Bagur, conseillère régionale ex Rassemblement National, lui succède ainsi pour figurer sur la liste de la maire LR sortante, Brigitte Barèges. Une alliance qu’il assume malgré les frasques de l'édile.


Les commentaires sur son départ pour Vigneux sont ainsi des plus acerbes en région. Les réactions aux articles des journaux locaux tels La Dépêche en témoignent. On y raille la fréquentation douteuse d'un groupuscule néonazi dévoilée par France Info, son opportunisme s'autoproclamant porte-parole gilet jaune, malgré son engagement politique chez DLF, un compte Twitter tout juste créé en novembre 2018 pour profiter du contexte, l'illégitime théâtralisation de son ralliement à Nicolas Dupont-Aignan alors qu'il appartenait déjà à son mouvement, les parachutages successifs au printemps et à l'automne, à Montauban puis, Vigneux...


148 vues